Volatilisés, Liam Fost

volatilisés de Liam Fost

Editeur: Rebelle éditions

Pages: 204

 

Résumé :

À son réveil, Matthew s’aperçoit que quelque chose ne va pas. Il sort de chez lui et se rend compte qu’il est seul, que tout le monde a disparu. Tout lui paraît différent, ce Nouveau Monde semble être un patchwork de celui qu’il connaissait… Où se trouve-t-il réellement ? Pourquoi est-il là ? Les personnes qu’il va rencontrer pourront peut-être l’aider, mais seulement le voudront-elles?
S’il souhaite s’en sortir, Matthew devra s’adapter à un nouvel univers, ainsi qu’à ses règles.

 

Mon avis :

 

J’ai choisi ce livre à cause de son aspect post-apocalyptique. Vous qui me lisez depuis un petit moment maintenant savez que j’aime tout particulièrement les histoires qui englobent fin du monde et reconstruction— dystopie ou pas… Alors même si cette histoire n’est pas post-apocalyptique, elle aurait pu l’être.

L’intrigue est intéressante, l’auteur a su me tenir en haleine jusqu’au bout. On comprend que rien n’est ce qui paraît et on se pose des questions sur les événements ayant mené au monde dans lequel nos personnages se retrouvent confrontés.
Matthew se réveille un matin, seul. Littéralement. Après hésitation, il décide de se mettre en route et va rencontrer Emily, une enfant de 8 ans qui va l’accompagner dans toute l’histoire. J’ai trouvé le début intéressant, et surtout, la confrontation de Matthew face à la solitude e aux interrogations initiales est très réaliste.

Nous suivons donc Matthew, Emily, Lauren, Emma et d’autres qui se joignent à eux.

Matthew est un personnage très cohérent ; fort mais fragile, protecteur, leader de groupe mais soumis à des incertitudes compréhensibles. Emily, petite fille de 8 ans se retrouve bien protégée avec ses amis de parcours.

Lauren, qui était présente dans ce monde depuis plus longtemps que notre personnage principal va se rendre compte de la vulnérabilité de l’être humain soumit aux caprices des Dominants puisqu’elle, de tout le groupe, aura du mal à contrer les effets de leur domination.

Emma, jeune fille au caractère léger renforce le groupe dans la conception du terme famille– car c’est véritablement ce qu’ils sont devenus. Elle nous fait aimer ces personnages par leur attachement et préoccupation mutuelle.

On comprend les implications de ce monde au fur et à mesure que les personnages apparaissent. De fait, ils arrivent les uns après les autres, comme des âmes parachutées dans ce monde. Mais quel monde ? Le nôtre ? Ce fût, avec la découverte des Dominants, un élément surprise.

Sans vouloir vous spoiler l’histoire, on peut y trouver un soupçon de Hunger Games façon contact avec les aliens, car vous comprendrez, si toutefois vous lisez ce livre, que les Dominants n’ont pas vraiment d’objectif majeur à faire tourner en rond les humains sur ce monde; ils prennent du plaisir à les dominer.

Les phrases sont courtes et les chapitres aussi, ce que j’apprécie, puisqu’elle instaure un rythme au récit et celui-ci est surtout centré sur le mouvement, les événements qui se succèdent à l’allure de nos personnages qui ne restent pas plus de 48heures au même endroit et du coup l’écriture nous donne la cadence, tout à fait adaptée. Et même si l’écriture est fluide, je la trouve peu travaillée.

L’histoire est bien menée mais je pense qu’elle a été sous-développée. En effet, il y aurait lieu de faire un nouveau livre avec les éléments de celui-ci ; 202 pages qui se retrouvent condensées et la fin m’a laissé quelque peu… sur ma faim justement. Une suite ? Ou une novella sur le monde, sur les Dominants ?

Les Dominants sont un élément intéressant et j’aurais aimé en savoir plus.

Une bonne lecture, avec des points faibles mais très agréable, vraiment.

 

Le lien Amazon si ce livre vous intéresse:

 

Merci de m’avoir lu 🙂
Isa

Laisser un commentaire