Une part de ciel, de Claudie Gallay

Résumé :

Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous. Elle retrouve son frère et sa soeur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n’est pas la sienne. Dans le Val-des-Seuls, il y a aussi le vieux Sam, pourvoyeur de souvenirs, le beau Jean, la Baronne et ses chiens, le bar à Francky avec sa jolie serveuse… Dans le gîte qu’elle loue, à côté de la scierie, Carole se consacre à une traduction sur la vie de Christo, l’artiste qui voile les choses pour mieux les révéler. Les jours passent, qui pourraient lui permettre de renouer avec Philippe et Gaby un lien qui n’a rien d’évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie, celle qui se pose trop de questions. Entre eux, comme une ombre, cet incendie qui a naguère détruit leur maison d’enfance et définitivement abîmé les poumons de Gaby. Décembre s’écoule, le froid s’installe, la neige arrive… Curtil sera-t-il là pour Noël ?

 

Mon avis :

Ce livre se présente avec une très jolie couverture : simple mais efficace, ce qui m’enchante toujours.

Nous suivons Carole qui part rejoindre son frère, Philippe, et sa sœur, Gaby, dans le Val car leur père leur a signalé son retour en envoyant une boule de verre (de celles qui éparpillent des flocons ou des paillettes lorsqu’elle est secouée). C’est un père qui a toujours été absent et son retour est signalé de cette manière.

Nous faisons la connaissance d’une famille traumatisée par un feu qui a rendu Gaby (sœur de Carole) malade. Mais nous faisons aussi la connaissance avec une famille aux liens très forts même s’il n’y paraît pas.

Cette lecture a été plaisante pourtant, elle pourrait très facilement décourager. Au Val, les jours se suivent et se ressemblent et il n’y a rien de véritablement palpitant qui s’y passe.

La magie de ce livre se trouve chez les personnages : ils sont forts, attachants et tellement bien construits ! D’un réalisme attachant.

Nous retrouvons une Carole traumatisée par cet incendie dont elle se sent responsable, une Gaby rustre mais aimante, des habitants détachés mais cette famille bien unie, même si on pourrait prétendre le contraire.

J’aime beaucoup ce jeu de fraternité. Cette famille qui a tant perdu, vécue avec un père absent et pourtant ils restent attachés à leurs souvenirs. Ce sont les souvenirs qui construisent les personnes, les familles. Et ce sont ces souvenirs qui nous sont si bien peints.

Un roman très bien construit. J’ai beaucoup aimé.

 

Vous pouvez le trouver sur Amazon:

 

Merci de m’avoir lu 🙂

Isa

Laisser un commentaire