La Quête de l’Oiseau noir, de Lucien Vuille

4ème de couverture :

La Quête de l’Oiseau noir est une fable rocambolesque, une aventure pleine de personnages uniques, de mots qui riment entre eux et de bagarre parfois aussi. Tout ça, dans un univers fantastique (ou un fantastique univers, c’est selon).

 

Mon avis:

Pour commencer, parlons de la couverture : l’illustration est signée Audrey Molinatti et elle est superbe comme vous pouvez le constater.

Consulter sa page Facebook ici, ses illustrations sont géniales.

Ensuite, parlons de l’histoire. Nous suivons plusieurs personnages. Chacun amène sa propre aventure qui culmine, comme le nom l’indique, à la Quête de l’Oiseau noir.

Autant vous dire, l’auteur n’a pas ménagé ses méninges niveau imagination. Nous y retrouvons toutes sortes de créatures : des prêtres et prêtresses, des orques, des nains, des druides, des demi-homme, des oiseaux mécaniques, des frambraignées (oui, un mélange de framboise et d’araignée 🙂 ), des dieux et déesses, des chevaliers, des zombies,…

Une imagination débordante, impressionnante et une écriture qui ne nous laisse pas indifférent. J’ai souri à maintes reprises et j’ai aimé la diversité de la prose. En effet, vous trouverez une écriture atypique, drôle et adaptée aux caractéristiques de chaque personnage. J’ai particulièrement été impressionnée par la justesse des mots d’un certain personnage qui ne s’exprime qu’en rimant.

L’abondance de décors, les scènes épiques, nous transportent dans un univers unique que l’auteur a voulu riche et rempli d’humour. On pourrait y retrouver des naissances de décors de jeux vidéo, tant la diversité est omniprésente et rythmée.

Un roman qui a été le coup de cœur à sa sortie, chez Payot:

De tous les personnages du roman, celui qui m’a plu le plus est Alis. Jeune guerrière elle possède l’insouciance liée à la force et j’ai trouvé la combinaison totale de son personnage adorable et costaud, maladroite et téméraire.

J’ai été étonnée par la tournure de Vertanor, le choix de Vasvo et par la transformation de Josk. Énok, lui, est resté plus ou moins fidèle à lui-même et c’est, pour moi, le personnage le plus constant de l’histoire, ce qui ne veut pas dire qu’il ne passe pas par des aventures hautes en couleurs, loin de là. Enaxor quant à elle, et bien, j’ai hâte de la retrouver dans les prochains épisodes.

Chaque chapitre possède une petite introduction qui donne la cadence de chacun. Là encore, une intro pleine d’humour qui présente aux lecteurs, sans spoiler, le contenu à venir

Un descriptif de lieux qui mérite une carte du monde et apparemment l’édition suivante à celle que je possède en présente une. Et pour un roman fantasy, c’est tout à fait approprié.

En bref, une réussite aventuresque, rocambolesque, un roman plein de surprise. Le tome 2 est déjà disponible :

La page Facebook du roman, ici.

 

Merci de m’avoir lu 🙂

A bientôt

Isa

Laisser un commentaire