Ecrire un roman, quelques notions à connaître…

écrire un roman

Écrire un roman, quelques notions à connaître

 

Bonjour tout le monde,

 

Avec cet article je souhaite vous parler de ce processus long, compliqué et solitaire que peut être l’écriture d’un roman.

Il est important de connaître certains aspects AVANT de se lancer dans l’écriture. Un peu comme un avertissement de ce qui vous attend, une anticipation, afin que vous ne soyez pas surpris avec l’ampleur de la tâche.

Car l’important à savoir est que l’écriture d’un roman prend BEAUCOUP, BEAUCOUP de temps. Et si vous ne vous préparez pas à l’avance, vous risquez (comme la plupart) de vous arrêter.

Ici, je ne vous donne pas des méthodes pour structurer votre roman (cela viendra dans un prochain article/vidéo) mais des notions qui vont être importantes lorsque vous vous déciderez à écrire. Voir, peut-être, reprendre ce manuscrit qui est resté inachevé dans votre tiroir ou plutôt, dans votre dossier d’ordinateur.

Quelques points vont vous paraître logiques, pourtant, beaucoup d’entre nous se laissent emporter par l’envie simple d’écrire et se laisse assommer par plusieurs faits qui sont difficiles à gérer lorsque le processus a débuté.

Et pourquoi?

Pour la simple et bonne raison que la pratique de l’écriture d’un roman est souvent sous-pesée. Considérée comme un hobby la difficulté de l’acte, car écrire est un travail à temps plein mais beaucoup l’ignore (et ouais!), est bien souvent incomprise.

Alors, pour mettre toutes les chances de votre côté, je vous donnes 10 conseils/notions à connaître pour vous lancer les yeux grands ouverts dans l’écriture et endurer la dure traversée qu’est celle d’écrire un roman.

1) Lire dans le genre que vous voulez écrire

Le fait de lire dans le genre que vous voulez écrire, vous permet de connaître ce qui fonctionne et d’apprendre comment les romans sont structurés. La façon dont les événements sont travaillés varient quand même en fonction du genre littéraire ou du moins, il existe des spécificités qui sont propres à chaque genre et aussi aux catégories de genre littéraire (comme par exemple adulte/jeunesse). Je pense par exemple à la construction du monde qui est souvent différentes en fonction du genre écrit.

 

2) Prendre exemple sur des auteurs confirmés dans le genre que vous voulez écrire

Ici, je parle bien de prendre exemple, pas de copier hein! Le plagiat c’est moche, illégal, immoral, et les lecteurs s’en rendent compte!! Je parle de s’imprégner de leurs écrits, de leur façon de faire et ainsi apprendre avec les meilleurs pour constituer ce qui sera votre propre roman.

 

3) Acceptez que votre idée n’est pas originale

Et oui, tout a déjà été écrit. Comme dirait André Gide: « Tout a déjà été dit mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer ». Votre idée sera originale puisque développée par votre personne qui n’est nullement égale à une autre. Vous développerez forcément quelque chose de différent, il suffit de bien travailler votre idée.

4) Ayez déjà une idée de vos personnages

ça parait évident mais vous devez savoir quels personnages inclure dans votre récit car en fonction de cela, votre histoire évoluera de manière personnelle. Croyez-moi, connaître ses personnages s’avère être un point essentiel car autrement, vous bloquerez à un moment ou à un autre.

 

5) Trouvez un besoin, une nécessité, quelque chose que vos personnages doivent résoudre

C’est bien d’avoir une idée, mais il faut trouver quelque chose que votre personnage doit résoudre. Autrement, vous aurez difficilement une histoire. Le problème doit correspondre à un besoin profond, une nécessité essentielle à la survie (psychologique, physique) de votre personnage; même si votre personnage doit sauver quelqu’un d’autre, il doit le faire parce qu’il est personnellement et profondément impliqué: sa vie, son bien-être en dépend.

 

6) Faites vos recherches

Même si la meilleure façon de faire vos recherches sont celles faites in vivo, il y a certains aspects impossibles à vérifier soi-même. Et pour cela, vous pouvez utitlisez internet et toutes ses plateformes qui peuvent vous aider à faire vos recherches. Je pense par exemple à Pinterest qui est un excellent outil pour des recherches diverses et qui peuvent vous aider dans vos descriptions par exemple. Sinon, Google avec GoogleMaps, etc…

Surtout, soyez sûr de vos dires; cela doit correspondre à la réalité.

 

7) Ayez un endroit qui favorise l’écriture

Cela est propre à chacun: un bureau, un café, chez un ami,… L’important est d’avoir l’endroit qui vous correspond. Customisez votre bureau en vous donnant des impulsions créatives avec des phrases d’auteurs reconnus, des citations, des mots d’encouragement,… Tout ce qui peut vous mettre dans le « mood ».

 

8) Trouvez un rythme de travail

Trouver le vôtre et si vous ne pouvez pas écrire tous les jours, surtout ne culpabilisez pas! Je vous l’interdit! Faites des essais pendant un mois ou deux et évaluer le meilleur moment, celui où vous êtes le plus productif même avec vos contraintes personnelles. Avoir une maison et des enfants réduit ou peut perturber le rythme et si c’est le cas alors intégrez cette notion comme normale et ne stressez pas si votre enfant malade ou vos heures supplémentaires au travail ont perturbé votre rythme. Intégrez le fait que les aléas de la vie vont se mettre au travers de votre chemin, ça fait partie. Cependant, recommencer à zéro dès le lendemain, c’est-à-dire, reprenez votre rythme tout de suite après ou dès que possible afin de ne pas casser votre routine d’écriture. Mais encore une fois, ne culpabilisez pas, j’insiste!

La notion de forcing d’écriture est à inclure au même titre que vos obligations professionnelles mais lorsque l’écriture n’est pas votre seule source de revenu, le temps que vous avez à disposition est raccourci et donc votre time management est particulier et précis.

Intégrez cependant, cette notion d’obligation professionnelle. Si vous voulez vivre de vos écrits, considérez vos moments consacrés à l’écriture comme une extension secondaire de votre carrière professionnelle.

 

9) Ecrivez sur ce qui vous fait plaisir ou sur ce que vous connaissez

Écrivez tout d’abord sur ce que vous voulez écrire. L’écriture prend bien souvent naissance dans un besoin d’expression sur un sujet qui vous fascine, vous tracasse ou naissant d’un besoin de réflexion. Vous réussirez à faire passer votre message si vos écrits sont sincères, proviennent de vous-même et pas d’un schéma marketing en exploitant ce qui fonctionne dans le marché. Et vous aurez beaucoup plus de plaisir si vous assouvissez ces petites fourmilles internes qui trépignent d’impatience de se voir développées sous forme de récit.

 

10) N’ayez pas peur de l’imparfait

Votre jet ne sera pas bon, c’est normal. Acceptez que votre écriture comporte des fautes, que votre récit contient des incohérences, que vous avez omis des détails et que vous êtes en train de vivre une expérience pas très agréable en termes de réalisation narrative.

C’est pour ça qu’existe la réécriture. C’est pour ça qu’existent les jets 50 (!!). Ce que je veux vous dire c’est de tout simplement écrire. Écrivez votre premier jet sans revenir en arrière, sans corriger.

Laissez de côté cette petit voix qui vous traite d’incapable, d’incompétent,… car oui, vous avez écrit quelque chose de mauvais. Oui, mais vous allez pouvoir le travailler et tout remettre en ordre croyez-moi.

Nora Roberts: « Vous pouvez tout retravailler, sauf une page blanche »


Voilà, j’espère vous avoir aidé, laissez des commentaires, dites-moi ce que vous en avez pensé, je serais ravie d’en discuter avec vous.

 

À bientôt,

Isa

 

 

 

Laisser un commentaire